Les Incorruptibles ce soir sur Arte : Bob Hoskins et Mel Gibson pressentis, des costumes signés Armani… Tout sur le film !

December 15, 2019 0 By HearthstoneYarns

À l’occasion de la diffusion des Incorruptibles ce soir sur Arte, découvrez 5 anecdotes autour de ce polar culte de Brian De Palma mettant en scène la traque sans relâche d’Al Capone menée par Eliot Ness et ses hommes.

De quoi ça parle ?
A Chicago durant les années trente, lors de la prohibition, Al Capone règne en maître absolu sur le réseau de vente illégale d’alcool. Décidé à mettre un terme au trafic et à confondre Al Capone, l’agent Eliot Ness recrute trois hommes de confiance, aussi intraitables que lui. Ensemble, les quatre “incorruptibles” partent en guerre contre le gang de Capone…

1. Basé sur le livre d’Eliot Ness

Les Incorruptibles est basé sur l’ouvrage homonyme retraçant la véritable histoire des Incorruptibles, signé par Eliot Ness en personne, qui mourut peu avant sa publication. En France, le livre a été édité dans la collection Un Mystère (n°723, réédité en 1988 sous le n° 1898) aux Presses de la Cité.

Avant le film de Brian De Palma, les Incorruptibles avaient inspiré une série télévisée emmenée par Robert Stack, tournée de 1959 à 1963, ainsi que le pilote de cette dernière. Robert Stack reprendra son rôle d’Eliot Ness à trois reprises (en 1960, 1962 et 1991), dans des téléfilms centrés sur son personnage. En 1993, une autre série avait été mise en chantier, et dura deux saisons.

2. Robert De Niro remplace Bob Hoskins

Brian De Palma, qui avait offert à Robert De Niro les trois premiers rôles importants de sa carrière avec Greetings (1968), The Wedding party (1969) et Hi, Mom! (1970), le choisira à nouveau pour le rôle d’Al Capone, offrant au comédien, qui se cherchait alors un second souffle et qui se consacrait majoritairement au théâtre, un retour flamboyant au premier plan.

Craignant au départ que De Niro ne soit pas disponible (car approché au même moment pour Ironweed, film qui sera finalement interprété par Jack Nicholson), le cinéaste avait engagé Bob Hoskins (préféré par les producteurs) pour incarner Al Capone. Quand De Niro accepta et se métamorphosa en ennemi public n°1, les producteurs acceptèrent le choix de De Palma. Bob Hoskins fut tout de même dédommagé et reçut un cachet compensatoire de 200 000 dollars.

Quant au rôle d’Eliot Ness, il passa entre les mains de Mel Gibson, Harrison Ford et William Hurt mais le refus de ces derniers bénéficia à Kevin Costner, devenu une superstar du grand écran grâce au succès du fiilm.

3. La métamorphose de Robert De Niro

Adepte d’une méthode bien particulière de comédie, Robert De Niro chercha à se rapprocher au plus de son personnage. Il se rendit ainsi en Italie en amont du tournage, et se nourrit uniquement de plats locaux afin de gagner 12 kilos en cinq semaines et de ne faire appel à aucun maquillage (il se rasa également le front pour ressembler au criminel). Il retrouva également les tailleurs d’Al Capone, et leur commanda des vêtements sur mesure identique à ceux du truand, et parvint même à convaincre les producteurs du film de lui procurer des sous-vêtements de soie fabriqués par Sulka (fournisseur officiel d’Al Capone), bien qu’ils ne soient jamais visibles à l’écran…

4. Des costumes signés Armani

Afin de matérialiser à l’écran le chic caractéristique des policiers et des gangsters durant la Prohibition, la production s’est attachée les services du couturier Giorgio Armani, qui a fourni de nombreux costumes utilisés dans le film.

Toujours par souci d’authenticité, la panoplie du barbier d’Al Capone, aperçue lors de la scène d’ouverture du film, contient quelques articles ayant véritablement appartenu au criminel.

5. La scène de la gare

Devenue une scène-culte du septième art, la “séquence de la gare” n’existait pas initialement ! Dans le scénario original, la bataille finale devait mettre aux prises Eliot Ness (Kevin Costner) et George Stone (Andy Garcia) et les hommes de Capone dans un train arrêté. La construction d’un tel décor coûtant trop cher, Brian De Palma décida de situer l’action dans la gare Union Station de Chicago.

Cette séquence fait explicitement référence à la séquence des escaliers du Cuirassé Potemkine. Comme chez Sergei Mikhailovich Eisenstein, un landau échappe à une mère de famille et dévale les escaliers d’Odessa. Seules différences : la scène des Incorruptibles est filmée au ralenti, se déroule dans une gare, et la mère survit.

Merci Qui ? Emissions Bonus

 

Click Here: liverpool mens jersey